Awely des tigres et des hommes Tigers and People

La réintroduction de tigres dans la nature

2 octobre 2015

La réintroduction d’une espèce en milieu naturel désigne l’introduction d’individu(s) sur un territoire où l’espèce n’est plus présente. Cette opération est rare car elle est difficile à mettre en place, coûteuse et très réglementée.

Ses objectifs sont notamment d’améliorer les chances de survie de l’espèce sur le long terme et de rétablir la biodiversité. La réintroduction permet également de sensibiliser à la conservation de la nature et d’œuvrer au développement économique local et national. Néanmoins, le processus nécessite une longue préparation afin d’éviter ses éventuels effets négatifs sur l’écosystème où les individus sont introduits. Dans ce cadre, une étude de faisabilité est obligatoire afin de comprendre les causes de la disparition de l’espèce et d’évaluer les effets de cette opération sur le milieu et ses chances de succès.

Les individus candidats à la réintroduction sont de préférence sauvages, mais ils peuvent être issus de la captivité et dans ce cas, élevés dans cet unique objectif. Des réglementations strictes internationales, émanant notamment de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées d’extinction) et nationales, encadrent ce type de transfert. Par exemple, pour réintroduire un tigre dans un milieu, les causes de disparition de ce dernier dans le milieu choisi doivent avoir disparu ou avoir significativement diminué. De plus, les animaux doivent être assez nombreux pour se rencontrer, se reproduire et renouveler leur population.

La réintroduction de tigres nécessite un haut niveau de compétence et une approche multidisciplinaire. L’acquisition par le jeune félin des comportements adaptés à la vie à l’état sauvage (connaissance des dangers à éviter, des proies, des techniques de chasse, du comportement à adopter en présence d’autres tigres…) nécessite un long apprentissage auprès de sa mère. En captivité, l’homme doit permettre cet apprentissage, tout en limitant au maximum l’habituation du tigre à ce dernier. Cela permet notamment d’éviter les conflits avec les populations locales (attaque de bétail, d’enfants…).

En effet, le tigre doit faire l’objet d’un suivi rigoureux puisqu’il peut se déplacer sur de très longues distances et s’approcher des villages. Son nouvel habitat doit être assez vaste et riche en biodiversité, notamment en proies, pour diminuer ces risques de conflits. Si plusieurs projets de réintroduction de tigres sont en phase de préparation (étude de faisabilité en Chine, au Kazakhstan….), ceux-ci ne sont pas entrés dans la phase d’introduction d’animaux. Seuls des transferts de tigres – et non des réintroductions – à l’état sauvage et dans un milieu où l’espèce n’a pas complètement disparu, ont été réalisées.

Contribuez à la protection des tigres sauvages, faites un don.

_FBA4213

Nous contacter



captcha



Awely, des tigres et des hommes a besoin de vous

En nous soutenant, même modestement, vous contribuez directement aux actions que nous menons sur le terrain et vous montrez ainsi votre engagement à vouloir préserver les tigres, sans négliger les besoins élémentaires des populations humaines vivant à son contact.

Par avance merci.

Faire un don