Awely des tigres et des hommes Tigers and People

Pourquoi le tigre de la Caspienne a t-il disparu ?

18 septembre 2015

Le tigre de la Caspienne (ou tigre Touranien) (Panthera tigris virgata) a été reconnu en tant que sous-espèce du tigre en 1981. Selon l’UICN, le dernier individu à l’état sauvage aurait été observé au début des années 1970 et aucun spécimen n’existe en captivité.

Le tigre de la Caspienne aurait vécu dans les pays frontaliers à l’ouest et au sud de la mer Caspienne : la Turquie, le nord de l’Iran, peut être une partie de l’Afghanistan, et l’Asie centrale, incluant une partie du désert de Taklamakan dans la région autonome du Xinjiang Uyghur au nord-ouest de la Chine. Il partageait son habitat avec ses proies : les cerfs, les gazelles, les mouflons,  mais aussi avec d’autres prédateurs : les chacals, les loups, les guépards et les panthères.

Son extinction est due à la chasse aux tigres et aux espèces lui servant de proies, à la destruction et à la conversion (pour le développement de l’agriculture intensive) de son habitat naturel, et à l’extrême vulnérabilité des petites populations plus fragiles face aux menaces. Son déclin coïnciderait notamment avec l’avancée de la colonisation russe.

En effet, à la fin du 19ème siècle, le gouvernement donna l’ordre à son armée d’exterminer tous les tigres pour inciter son peuple à s’installer dans les zones colonisées. La destruction de cette vaste région, composée de forêts proches de l’eau, dont les cours pénètrent dans des espaces plus ou moins désertiques et steppiques, au profit de la culture intensive a eu un impact direct sur la survie du félin et de ses proies.

En 1947, le gouvernement russe interdit la chasse du tigre de la Caspienne et celle de son plus proche semblable, le tigre de l’Amour. Il est cependant trop tard pour le tigre de la Caspienne. La sous-espèce fût donc considérée comme définitivement éteinte par l’UICN en 2003. Les récentes études génétiques pratiquées sur des peaux ont toutefois montré une grande proximité avec le tigre de l’Amour, qui pourrait alors servir de stock de réintroduction dans l’ancienne aire de répartition du tigre de la Caspienne.

Enfin, au cours du 20ème siècle, deux autres sous-espèces de tigre connurent le même triste destin et disparurent : le tigre de Java et le tigre de Bali. Aussi, il est nécessaire de rappeler que les six sous-espèces encore présentes dans leur habitats naturels risquent de connaître rapidement le même avenir si les efforts de conservation ne sont pas fortement et efficacement renforcés.

Sauvons les 4000 derniers tigres sauvages.

Panthera_tigris_virgata wikipedia

Tigre de la Caspienne / 1899 © zoo de Berlin

Nous contacter



captcha



Awely, des tigres et des hommes a besoin de vous

En nous soutenant, même modestement, vous contribuez directement aux actions que nous menons sur le terrain et vous montrez ainsi votre engagement à vouloir préserver les tigres, sans négliger les besoins élémentaires des populations humaines vivant à son contact.

Par avance merci.

Faire un don